Mon automne aimait ton ete
Tes mains jonchant les draps etaient mes feuilles mortes
Mon automne aimait ton ete
Mon automne aimait ton ete
Il est tellement triste d'etre toujours ou l'on n'est plus
Tu vivais enfonce dans un autre toi-meme et de ton corps si bien abstrait, que tu semblais de pierre
Tu vivais enfonce dans un autre toi-meme et de ton corps si bien abstrait, que tu semblais de pierre
Tu vivais enfonce dans un autre toi-meme et de ton corps si bien abstrait, que tu semblais de pierre
Il est dur, quando on aime, de ne posseder qu'un portrait
Il est dur, quand on aime, de ne posseder qu'un portrait
Tes mains jonchant les draps etaient mes feuilles mortes
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now